Les résidus médicamenteux dans l'eau du robinet

Aller en bas

Les résidus médicamenteux dans l'eau du robinet

Message par Camille Machin le Mer 2 Mar - 13:26

Eau du robinet : très peu de résidus de médicaments détectés
Par Anne Jeanblanc

Les infimes quantités de médicaments ne devraient pas avoir d'effet sur la santé, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) vient de publier les résultats d'une campagne nationale d'analyse des résidus de médicaments dans l'eau. Ils sont "conformes aux attentes" dans les sites de prélèvements, qui couvraient près d'un quart de la population en France métropolitaine et dans les DOM. Explications de Valérie Baduel, Directrice générale adjointe de l'Anses.

Le Point.fr : Comment avez-vous procédé pour cette analyse ?

Valérie Baduel : Nous avons recherché la présence dans l'eau du robinet de 45 substances pharmaceutiques d'origine humaine, vétérinaire ou les produits de leur métabolisation dans l'organisme, à partir d'une liste établie par l'Anses et l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé). Il s'agissait de neuroleptiques, d'antibiotiques, de médicaments actifs sur le système cardiovasculaire, d'anticancéreux, d'hormones, d'anti-inflammatoires non stéroïdiens et d'antiparasitaires, tous solubles dans l'eau et donc éliminés par les urines.

Qu'avez-vous trouvé ?

Dans environ 75 % des échantillons d'eau traitée pour être rendue potable, aucune de ces 45 molécules n'a été quantifiée. Pour les 25 % d'échantillons positifs, les analyses révèlent en général la présence simultanée d'une à quatre molécules.

D'autre part, 26 des 45 substances recherchées n'ont jamais été retrouvées. 19 ont été détectées au moins 1 fois ; parmi elles 5 étaient présentes à des concentrations trop faibles pour pouvoir être quantifiées. Les médicaments les plus souvent retrouvés sont la carbamazépine (anti-épileptique) et son principal métabolite ainsi que l'oxazépam (anxiolytique).

Alors que les effets sur l'environnement des hormones féminines sont souvent dénoncés, ces substances n'apparaissent pas dans cette étude. Pourquoi ?

Si nous n'avons pas pu quantifier des hormones, c'est soit parce qu'elles sont absentes, soit parce qu'elles sont présentes à des doses inférieures à la limite de détection. Le problème des hormones féminines a été soulevé dans le domaine de l'éco-toxicologie, ce qui n'était pas l'objet de notre étude. Nous devons néanmoins développer des méthodes d'analyse spécifiques pour chaque hormone et être capables de déceler des doses très faibles. C'est un travail énorme.

Comment expliquer que ce soit un traitement contre l'épilepsie qui soit le plus souvent dépisté ?

A priori parce que ce médicament est utilisé de façon relativement fréquente et surtout à des doses assez fortes. D'ailleurs, le même résultat ressort dans toutes les études. Mais il faut préciser que plus de 90 % des échantillons positifs pour les produits recherchés contiennent une concentration maximale cumulée inférieure à 25 nanogrammes par litre et moins de 5 % des échantillons présentent une concentration maximale cumulée supérieure à 100 ng/L. Quant à la valeur maximale retrouvée, elle n'excède pas 450 ng/L. Globalement, les concentrations présentes dans les eaux traitées sont de 1 000 à 1 million de fois inférieures aux doses thérapeutiques.

Y a-t-il un risque éventuel pour la santé des consommateurs ?

Cette étude ne nous permet pas de nous prononcer sur ce sujet. Elle s'inscrit dans un programme dont la première étape était la hiérarchisation des molécules à rechercher et la deuxième consistait à réaliser un plan d'échantillonnage pour avoir une vision représentative à l'échelle nationale. C'est une campagne assez exceptionnelle au niveau international par son ampleur et sa précision. Maintenant, nous allons étudier - en partenariat avec l'Afssaps pour les médicaments à usage humain - les effets de ces résidus sur la santé des consommateurs. Ainsi qu'un éventuel effet "cocktail". Mais je vous rappelle que les doses trouvées sont extrêmement faibles. Les premiers résultats seront publiée courant 2011.


http://www.lepoint.fr/sante/eau-du-robinet-tres-peu-de-residus-de-medicaments-detectes-02-03-2011-1301333_40.php
avatar
Camille Machin

Messages : 125
Date d'inscription : 25/05/2010
Age : 31
Localisation : Montigny le Bretonneux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les résidus médicamenteux dans l'eau du robinet

Message par Flo le Mer 2 Mar - 14:59

Mouais, malheureusement, ce n'est pas une nouveauté...
Les techniques d'épuration d'eau à destination des consommateurs ne prennent pas encore en compte ce type de "produits" mais cible leur efficacité sur se qui reste du type bactériologique voir virale dans les stations les plus évolués.
Mais comme précisé à la fin de l'interview, on reste tout de même à des seuils infimes, il ne devrait pas y avoir lieu de s'alarmer... pour le moment.
avatar
Flo

Messages : 159
Date d'inscription : 18/05/2010
Age : 30
Localisation : Montigny le Bretonneux

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum